Sports 12 avril 2023

Chelsea, un paquebot plaqué or, mais en totale dérive

speedlines__bg__picture

Actuellement 11e en Premier League, le club de Chelsea n’a plus gagné depuis plus d’un mois en championnat et vient de se séparer de son manager pour la deuxième fois de la saison. Lampard a succédé à Potter et les problèmes semblent profonds. Et ce, malgré les millions investit par le nouveau propriétaire Todd Boehly et la venue de Brighton, 7e (ce samedi 16:00 en direct sur VOOSPORT WORLD), est loin d’être un cadeau.

 

Il semble loin l’été 2021. Quand Chelsea, champion d’Europe en titre, entamait une nouvelle saison en gagnant un trophée supplémentaire avec une Supercoupe d’Europe. Les Blues allaient alors débuter, sous Thomas Tuchel, la saison de manière plutôt sereine. Mais cet exercice 2021/22 n’allait pourtant pas être une totale réussite. Certes, il y a eu la victoire en Coupe du monde des clubs en février 2022 et une belle 3e place finale en championnat. Mais aussi deux finales perdues (FA Cup et Coupe de Ligue) et une élimination en quart de finale de la Ligue des Champions. La fin de saison avait aussi apporté son lot de difficultés extra-sportives, conséquence du conflit en Ukraine et de la vente forcée du club par Roman Abramovitch. Todd Boehly devenait le nouveau propriétaire du club de Fulham Road, faisant le ménage en coulisse, et c’est sans doute à ce moment-là que le vernis bleu a commencé à craquer.

Y a-t-il un capitaine à bord ?

Rapidement, le nouveau propriétaire américain fait parler de lui. Endossant des rôles exécutifs et sportifs à la fois, sa tête semble trop petite pour accueillir toutes ces casquettes. Surtout vu son manque total d’expérience dans le volet sportif. Le club entame alors sa folie dépensière lors de l’été 2022 et lâche près de 300 millions d’euros sur le seul mercato d’été. Rapidement, les tensions entre la direction et Thomas Tuchel dépassent les couloirs de Stamford Bridge. Après une série de, relatifs, mauvais résultats (3 défaites et un nul en 6 matches) et des différends internes, Thomas Tuchel prend la porte après 99 matches à la barre des Blues.

Les regards londoniens se tournent alors vers la Manche et un coach anglais tout en réussite avec Brighton : Graham Potter. L’Anglais réalise un bon début de mandat avec 6 victoires et 3 nuls lors de ces 9 premiers matches. L’hiver est plus compliqué à gérer et Boehly se dit alors que la solution viendra de son portefeuille. Chelsea dépense 330 millions le mercato suivant. Résultat des courses ? Chelsea est actuellement 11e en championnat, éliminé des deux coupes nationales et Potter est licencié au lendemain de son 31e match sur le banc des Blues. Un départ aussi aberrant, vu la gestion du club, que logique, vu les résultats décevants. Un licenciement qui sonne aussi comme un coup de sang tant Potter avait montré de bonnes choses durant son mandant. De plus, on connaît la capacité du coach anglais à s’établir et performer sur le long terme. Mais le ver était dans le fruit, et la précipitation est devenue la norme à Chelsea.

Le saviez-vous ?

La Premier League en intégralité, c’est à suivre sur VOOSPORT WORLD !

Retrouver le bon cap

C’est donc sur un ancien joueur, mais aussi manager, que la direction de Chelsea a misé pour cette fin de saison. Frank Lampard, lui-même qui avait précédé Thomas Tuchel avant l’éviction de l’ancien milieu anglais des Blues, il y a exactement deux ans ou presque. Cependant, des contacts ont été pris avec d’autres candidats, avec un profil plus « long terme », comme Julian Nagelsmann, récemment remercié par le Bayern Munich, champion d’Allemagne, et l’ancien entraîneur de Barcelone et de l’Espagne, Luis Enrique. Sans succès.

Recruter un manager intérimaire pour terminer la saison est de ce fait un moyen idéal d’alléger la pression sur ses épaules. Autre gain de temps, Lampard connaît la maison. « J’ai confiance en moi, je comprends bien l’équipe, j’ai déjà travaillé avec beaucoup d’entre eux, mais je connais aussi le terrain d’entraînement, le stade, les supporters et je sais ce que veulent les fans de Chelsea », a-t-il d’ailleurs déclaré à son retour.

Mais comme le résume très bien The Athletic, Lampard est surtout un excellent sas de décompression entre les fans et la direction.  « Indépendamment de la fin de son premier mandat d’entraîneur et du fait qu’il n’ait tenu qu’un an à son poste suivant à Everton, Lampard est assuré d’être vénéré à vie à Chelsea en raison de ses exploits en tant que joueur. Il est le meilleur buteur de l’histoire de Chelsea avec 211 buts et a aidé l’équipe à remporter trois titres de Premier League, ainsi que la Ligue des champions 2011-2012, au cours de ses 13 années de carrière ».

Si en ce début de printemps le paquebot Chelsea navigue à vue, on se dit que son salut passera peut-être par l’Europe. Même si la manche aller du quart de finale s’est soldée par une défaite 2-0 à Santiago Bernabéu, il existe encore une maigre chance de qualification face au Real Madrid. Lampard pourrait alors s’inspirer d’autres coaches provisoires qui ont finalement prolongé leur contrat. Comme un intérimaire que Lampard a connu en tant que joueur de Chelsea, Roberto Di Matteo. L’Italien avait repris l’équipe en mars 2012 pour finalement remporter une FA Cup et la Ligue des Champions quelques mois plus tard. Évidemment, il est peu probable que le Chelsea actuel parvienne à soulever la C1 à Istanbul le 10 juin prochain.

Quelles conséquences à court terme ?

Avant de rêver, Lampard doit remettre ce club sur de bons rails. Car ses débuts ne sont pas forcément encourageants avec deux défaites. Battu contre des Wolves qui ne font pas une saison dantesque pour son match inaugural et ensuite face au Real cette semaine. Il devra faire mieux ce samedi face à Brighton (ce samedi 16:00 en direct surVOOSPORT WORLD). Mais qu’est-ce que Lampard pourra apporter en si peu de temps ? D’abord, certains joueurs vont sans doute en profiter, à commencer par un certain Mason Mount. Sur la touche depuis début mars, le milieu anglais n’a pas le même impact que la saison dernière (11 buts, 10 assists en PL la saison dernière contre 3 buts et deux assists cette saison). Le retour de Frank Lampard devrait profiter à ce joueur vu leur bonne relation depuis leur histoire commune à Derby County.

Pour le reste, le natif de Romford devra aussi apprivoiser un effectif pléthorique et fort différent de celui qu’il a connu. Depuis son départ en janvier 2021, une dizaine de joueurs sont partis et une quinzaine sont arrivés. Il devra aussi se casser la tête pour le choix du gardien numéro un. En effet, Kepa Arrizabalaga était le premier choix sous Potter, alors que Lampard avait préféré Edouard Mendy. Le Sénégalais a été blessé une partie de la saison et il sera intéressant de voir ce que Lampard décide. Il aura aussi à sa charge deux joueurs qu’il a voulu recruter dans le passé : Pierre-Emerick Aubameyang, qui y verra aussi une belle occasion de se relancer, et Mykhailo Mudryk, lorsqu’il dirigeait Everton.

Et à long terme ?

Finalement, Lampard retrouve un Chelsea à peu près similaire à celui qu’il a quitté. Si sa nomination de prime abord sonnait comme une nouvelle décision précipitée, voire désespérée de la part de la direction, elle pourrait être le seul signe de sagesse depuis l’arrivée de Todd Boehly. Comme expliqué plus haut, c’est un recrutement win-win visant à alléger la pression sur les différents acteurs.

Du point de vue du propriétaire, ce nouveau séjour de Lampard à Chelsea ne s’inscrit pas au-delà de cette saison, comme il l’a bien souligné à son arrivée. « Alors que nous poursuivons notre processus approfondi et exhaustif de recherche d’un entraîneur principal permanent, nous voulons fournir au club et à nos supporters un plan clair et stable pour le reste de la saison ». De son côté, Lampard sait qu’il est là pour du court terme. « Non, mais le rôle et l’explication de mon rôle parlent d’eux-mêmes pour la période pour laquelle je suis ici. Sur ce terme, je ne m’avance pas. Je veux jouer le meilleur rôle possible, influencer le club de la meilleure façon possible pendant cette période », a-t-il expliqué à son arrivée. Mais il est évident qu’il se verrait bien passer l’été à Londres.

Reste à voir où en sera Chelsea en fin de saison. Si la victoire en Ligue des Champions est utopique, il reste à Lampard et aux Blues 8 matches de Premier League pour prouver quelque chose. Durant ce temps, Boehly et son board peuvent tranquillement rechercher un coach de longue durée pour la prochaine rentrée. Dans tous les cas, ils se sont offert le luxe du temps. Dans le pire des cas, l’équipe ne progresse plus et le nouveau coach devra repartir de zéro. Dans le meilleur des cas, Lampard arrive à tirer quelque chose de positif du groupe et éclaircit l’horizon des Blues en trouvant la formule magique. Qu’il soit en charge la saison prochaine ou non.

Voilà donc comment un Chelsea à la dérive sportivement, agaçant d’opulence sur le marché des transferts et, actuellement, sans réelle ligne de conduite, pourrait profiter de la situation actuelle pour naviguer toute voile dehors la saison prochaine.

Astuce

Faites le plein d’émotions et profitez de vos sports préférés avec VOOSPORT WORLD, le meilleur du sport international, inclus dans les packs TRIO MAX ou QUATRO MAX.

Cela pourrait aussi vous intéresser

Sports
27 septembre 2023

Liverpool, toujours plus haut, toujours plus fort

Lire la suite
Sports
20 septembre 2023

Les compétitions européennes sont de retour sur VOOSPORT WORLD

Lire la suite
Sports
11 septembre 2023

Tottenham, la (belle) vie sans Harry Kane

Lire la suite