Sports 25 janvier 2023

La saison d’Euroleague bat son plein et le suspense est plus entier que jamais

speedlines__bg__picture

Cette édition 2022/23 d’Euroleague est absolument folle. Entre matches qui se décident à la dernière seconde et une foule de surprise, le spectacle est total sur VOOSPORT WORLD. Et cela risque de continuer jusqu’à la fin de saison.

 

Comme on se le disait après le clap de fin de la saison dernière, cette nouvelle édition de l’Euroleague est tout aussi agréable à suivre. « Globalement on peut le dire, il y a de nouveau beaucoup de suspense, c’est une compétition très spectaculaire et on bat des records d’assistance, preuve que la compétition passionne les foules », explique Stéphane Druart, journaliste VOOSPORT WORLD, qui suit la compétition. « Toutes les équipes peuvent encore y croire. Les écarts sont très minces dans le haut du classement. C’est assez grisant de voir un tel suspense à ce niveau ».

Et il est vrai que la course au top 8, synonyme de play-offs, a rarement été aussi prenante, puisque deux victoires seulement séparent le premier du huitième. « La compétition continue à grandir et n’a jamais été aussi intéressante », conclut-il.

L’Olympiacos, un leader à moitié surprenant

Avec 4 victoires sur les 5 derniers matches, les Grecs de l’Olympiacos sont les leaders au classement. Même si on ne pouvait pas les pointer comme ultra-favoris au début de saison, cette position n’est pas une réelle surprise pour notre spécialiste basket.  « L’Olympiacos est actuellement l’équipe en tête, mais on ne peut pas vraiment dire que c’est totalement inattendu. En effet, l’effectif est resté sensiblement le même, le coach, Georgios Bartzokas, est identique aux saisons précédentes, ce qui amène de la stabilité sportive. On est donc face à une ossature commune qui s’est bonifiée, sur la lancée de la saison dernière, qui avait été assez bonne (4e place finale à l’issue du Final Four). La victoire récente face au Real Madrid en est une preuve supplémentaire », explique Stéphane Druart.

« Même si pendant un moment durant la saison, le Real a dominé, le Fener aussi, mais l’Olympiacos est l’équipe la plus constante, la plus stable, et qui, il faut le dire, pratique un basket extraordinaire ». Il faut dire que le club s’appuie sur de belles individualités, comme l’ailier Aleksandar Vezenkov qui est bien parti pour être élu MVP cette saison. «  De plus, les rôles sont très bien définis et chacun accepte son rôle. Comme Alec Peters, un des nouveaux venus qui accepte de ne pas jouer tous les matches, mais qui se donne à fond dès qu’il est sur le parquet. Ou comme Thomas Walkup qui est le vrai relais du coach sur le terrain, on sent une vraie compréhension mutuelle. Et un patron comme Kostas Sloukas », ajoute notre journaliste basket.

Comme on se le disait après le clap de fin de la saison dernière, cette nouvelle édition de l’Euroleague est tout aussi agréable à suivre. « Globalement on peut le dire, il y a de nouveau beaucoup de suspense, c’est une compétition très spectaculaire et on bat des records d’assistance, preuve que la compétition passionne les foules », explique Stéphane Druart, journaliste VOOSPORT WORLD, qui suit la compétition. « Toutes les équipes peuvent encore y croire. Les écarts sont très minces dans le haut du classement. C’est assez grisant de voir un tel suspense à ce niveau ».

Et il est vrai que la course au top 8, synonyme de play-offs, a rarement été aussi prenante, puisque deux victoires seulement séparent le premier du huitième. « La compétition continue à grandir et n’a jamais été aussi intéressante », conclut-il.

L’Olympiacos, un leader à moitié surprenant

Avec 4 victoires sur les 5 derniers matches, les Grecs de l’Olympiacos sont les leaders au classement. Même si on ne pouvait pas les pointer comme ultra-favoris au début de saison, cette position n’est pas une réelle surprise pour notre spécialiste basket.  « L’Olympiacos est actuellement l’équipe en tête, mais on ne peut pas vraiment dire que c’est totalement inattendu. En effet, l’effectif est resté sensiblement le même, le coach, Georgios Bartzokas, est identique aux saisons précédentes, ce qui amène de la stabilité sportive. On est donc face à une ossature commune qui s’est bonifiée, sur la lancée de la saison dernière, qui avait été assez bonne (4e place finale à l’issue du Final Four). La victoire récente face au Real Madrid en est une preuve supplémentaire », explique Stéphane Druart.

« Même si pendant un moment durant la saison, le Real a dominé, le Fener aussi, mais l’Olympiacos est l’équipe la plus constante, la plus stable, et qui, il faut le dire, pratique un basket extraordinaire ». Il faut dire que le club s’appuie sur de belles individualités, comme l’ailier Aleksandar Vezenkov qui est bien parti pour être élu MVP cette saison. «  De plus, les rôles sont très bien définis et chacun accepte son rôle. Comme Alec Peters, un des nouveaux venus qui accepte de ne pas jouer tous les matches, mais qui se donne à fond dès qu’il est sur le parquet. Ou comme Thomas Walkup qui est le vrai relais du coach sur le terrain, on sent une vraie compréhension mutuelle. Et un patron comme Kostas Sloukas », ajoute notre journaliste basket.

Le saviez-vous ?

Suivez l’Euroleague, la compétition reine de basket, sur VOOSPORT WORLD !

La déception Milan

Si des équipes comme le Real Madrid, Barcelone ou encore le Fenerbahce sont, elles, bien au rendez-vous, il y a cependant une grosse déception cette saison. « Milan n’est clairement pas au niveau. Ils sont actuellement derniers, c’est assez hallucinant de les voir si bas. Certes, il y a beaucoup de blessures, mais cela ne suffit pas à expliquer une telle chute. Il y avait pourtant de la continuité avec Ettore Messina qui était de nouveau présent sur le banc. La saison est déjà ratée, car on voit mal comment cela pourrait aller mieux d’ici là », explique Stéphane Druart.

En ce qui concerne le tenant du titre, l’Anadolu Efes, on s’attendait à une saison en demi-teinte. Cela se confirme. « Oui l’Anadolu ne fait pas aussi bien, certes. Mais il faut rester prudent, car c’est loin d’être fini. Ils ont tout de même battu Barcelone en jouant de manière digne de la saison dernière où ils ont gagné le titre. Donc une équipe sur courant alternatif, capable de jouer comme un champion, mais qui est encore irrégulière. D’ailleurs, la saison dernière, ils ont terminé la phase classique seulement 6e. Il ne faut pas oublier leur coach Ergin Ataman, qui est capable d’insuffler une confiance à ses joueurs pour les aider à se surpasser ».

En termes de surprise, on peut pointer Zalgiris Kaunas, actuellement 5e. « L’équipe de Kaunas est à une position plutôt inattendue, est-ce que le fait de recevoir le Final Four qui les sublime ? C’est possible. Ce sera difficile, mais à surveiller ».

Les Belges continuent à progresser en Euroleague

L’autre point d’attention de cette saison 2022/23 d’Euroleague est la présence de trois joueurs belges. Le premier évolue du côté de Valence. « Malheureusement, on peut difficilement juger la saison de Sam Van Rossom, car c’est un blessé de longue date. Il avait pris sa retraite internationale récemment avec les Lions pour être focus son club, mais il est out depuis des semaines donc ça risque d’être une saison blanche pour lui ».

Arrivé cette saison à l’ASVEL, notre solide meneur Retin Obasohan découvrait la compétition. « Il confirme qu’il a la carrure pour le niveau élevé qu’exige l’Euroleague, mais il est dans une équipe qui a parfois des difficultés. Avec de bonnes périodes, mais aussi des trous d’air, où ils perdent 5-6 fois d’affilée. Ce n’est pas encore un leader, mais il ne fait pas une mauvaise saison du tout », analyse notre spécialiste.

Enfin, le troisième larron ne découvrait pas la compétition. En effet, Ismaël Bako avait déjà évolué dans la compétition reine avec l’ASVEL, mais défend aujourd’hui les couleurs de Bologne. « Bako, fait une bonne saison dans son rôle de pivot back up. Dans une équipe qui regoûte à l’Euroleague, mais qui a un peu de mal à trouver la stabilité. Il joue régulièrement, pèse comme il faut sur les matches. On lui fait confiance. Il prend une nouvelle dimension. Il est à sa place et c’est bénéfique pour les Lions ».

Astuce

Faites le plein d’émotions et profitez de vos sports préférés avec VOOSPORT WORLD, le meilleur du sport international, inclus dans les packs TRIO MAX ou QUATRO MAX.

Cela pourrait aussi vous intéresser

Sports
23 avril 2024

Tottenham - Arsenal : un derby du Nord de Londres pour le titre

Lire la suite
Sports
16 avril 2024

En Premier League, tout reste à faire dans la bataille du maintien

Lire la suite
Sports
09 avril 2024

Des quarts de finale d'Europa et Conference League de très haut niveau sur VOOSPORT WORLD

Lire la suite