i

La navigation sur ce site n'est pas optimisée pour votre navigateur

Veuillez utiliser une version récente de Google Chrome, Mozilla Firefox, Safari ou Microsoft Edge pour profiter au mieux de l'expérience.

Trouver un navigateur moderne
Sports

Le volleyball en Belgique

speedline__spacer

Sport récréatif devenu professionnel, sport de plage devenu compétition haletante et spectaculaire, le volleyball a plus d’un siècle d’existence. Notre journaliste Philippe Daman vous retrace les temps forts de cette passion belge pour le volley.

La Belgique a vécu, et vivra encore, des temps forts dans la grande histoire du volleyball. Notre pays peut aujourd’hui revendiquer un statut tout à fait honorable. Le coach de l’équipe polonaise masculine, championne du monde en titre, est Belge, il s’appelle Vital Heynen.

Les débuts du volleyball : la Mintonette de Morgan

Lors de l’hiver 1895, William G. Morgan, professeur d’éducation physique au YMCA de Holyoke dans le Massachusetts, propose à ses élèves un nouveau sport en salle qu’il propose d’appeler « The Mintonette » en référence au badminton. Ce sport, il le veut accessible à tous et à toutes et moins violent que le basketball qui est né à quelques kilomètres de là, à Springfield, quatre ans plus tôt. Il en établit les premières règles. Un filet placé à une hauteur de 6 pieds 6 (1 m 98), un terrain de 25 pieds sur 50 (7,6 m x 15,2 m), un nombre de joueurs libres qui peuvent se passer le ballon autant de fois qu’ils le souhaitent. Le volleyball était né. La particularité de ce sport étant de frapper le ballon « à la volée » avec les mains et non pas de le tenir comme au basketball ou au handball, le terme volleyball est adopté dès la fin du 19ème siècle.

Durant ses premières années d’existence, le volleyball reste un sport récréatif pratiqué essentiellement dans les écoles américaines. C’est après la première guerre mondiale, en 1919, lorsque l’American Expeditionary Force distribue 16 000 ballons de volleyball à ses propres troupes et à ses alliés, que le volleyball se répand en Europe et dans le monde. Les règles évoluent. En 1917, le nombre de points à gagner dans un set est passé de 21 à 15 ; en 1920, le nombre de touches de balle maximum autorisé par équipe est limité à trois. Le terrain prend sa taille actuelle, 9 mètres sur 18, la hauteur du filet est fixée à 2 mètres 43 pour les hommes, 2 m 24 pour les femmes.

Du loisir au professionnalisme

Dès les années 1930, le volleyball devient un sport très populaire dans les pays de l’est européen, URSS en tête, mais aussi en Roumanie ou en Tchécoslovaquie qui organisera les premiers championnats du monde à Prague en 1949. En Californie, le volleyball de plage (ou beach-volley) est né en 1930.

Les compétitions internationales sont encore rares et les règles ne sont pas les mêmes dans tous les pays, mais le volleyball se répand partout dans le monde.

Le moment charnière est 1947 avec la création de la Fédération internationale qui permet d’établir des règles communes. Les premiers championnats du monde masculins sont organisés deux ans plus tard et ils sont remportés par l’URSS qui gagne huit matches et ne perd que deux sets.

Dix pays participent à ces premiers championnats du monde, ils sont tous Européens, en plus de l’URSS. Il y a dans l’ordre du classement final, la Tchécoslovaquie, la Bulgarie, la Pologne, la Roumanie, la France, la Hongrie, l’Italie, la Belgique et les Pays-Bas.

L’équipe belge ne remporte qu’un match. Sa première victoire officielle internationale, elle l’obtient le 17 Septembre 1949 en battant les Pays-Bas par 3 sets à 0.

Pour l’anecdote, on notera que les matches se sont déroulés à l’extérieur sur un terrain de tennis.

La Belgique parmi les précurseurs du volleyball international

Le championnat de Belgique masculin de volleyball a été créé en 1944 et fait partie des plus anciens de la discipline. Il est donc logique de retrouver notre pays lors des premiers championnats du monde de l’histoire.

Le premier champion belge en 1945 est le Léopold Club. Jusqu’en 1957, ce sont des clubs bruxellois qui remportent le titre : l’Ecole de Gendarmerie, le Royal Ixelles Sporting club (7 fois de suite), l’ASUB et le Spartacus.

Vient ensuite la domination du Brabo Antwerpen qui remporte 11 titres consécutifs de 1958 à 1968. C’est aussi le début d’une domination sans partage ou presque des clubs flandriens. Ils ont remporté tous les titres masculins jusqu’à aujourd’hui à l’exception de celui de 1970 qui revient au VC Anderlecht.

Côté féminin, le championnat est créé en 1950 et là aussi la domination des clubs flandriens est impressionnante. Le premier champion est pourtant Bruxellois, le Femina d’Etterbeek, on peut aussi nommer le CAPCI, club ixellois champion en 1963 et 1965, mais tous les autres titres sont remportés par des clubs flandriens à l’exception de deux, les seuls remportés par un club wallon, les Dauphines de Charleroi en 2006 dirigées par Sacha Koulberg, le coach actuel du VBC Waremme chez les hommes, et en 2009.

La reconnaissance olympique

Les deuxièmes championnats du monde sont organisés en 1952 à Moscou chez les premiers vainqueurs, ils sont cette fois féminins et masculins et les Soviétiques s’imposent à nouveau dans les deux compétitions sans perdre le moindre set.

La Belgique n’est pas présente, les nouvelles nations sont l’Inde, la Finlande, le Liban et Israël. Il y a toujours six pays de l’Est chez les hommes et six chez les femmes. URSS, Pologne, Tchécoslovaquie, Bulgarie, Roumanie et Hongrie sont les nations dominantes historiques du volleyball féminin et masculin. Les Soviétiques remportent quatre des cinq premiers championnats du monde chez les hommes et trois des quatre championnats du monde chez les femmes entre 1949 et 1962.

Mais dans les années 60, de nouveaux acteurs se révèlent sur la scène mondiale tant chez les femmes que chez les hommes, le Brésil, et surtout, le Japon ! Lors des championnats du monde au Brésil en 1960, les Japonaises finissent deuxièmes à la surprise générale. Elles ne sont battues que par les Russes. C’est la première fois qu’une équipe asiatique participe à la compétition. Deux ans plus tard, elles prennent leur revanche aux championnats du monde à Moscou où elles sont sacrées championnes, en dix matches elles ne perdent qu’un seul set contre les Russes. Les Japonaises remporteront encore le titre mondial en 1967 et en 1974.

C’est justement dans les années 60 que le volleyball est admis comme sport olympique, les hommes et les femmes y participant pour la première fois en 1964 à Tokyo. Pour le Japon, ces Jeux revêtent une importance cruciale : ils sont le symbole d’un retour flamboyant au sein des Nations près de vingt ans après le désastre de la guerre. Ces Jeux seront une démonstration de la résilience d’un pays qui a été proche de l’annihilation pure et simple. Le volleyball est devenu un sport extrêmement populaire dans l’archipel nippon et les femmes confirment leur titre mondial de 1962 en remportant la médaille d’or devant la Russie. Les Japonais quant à eux battent les futurs champions olympiques soviétiques, mais se font surprendre par les Hongrois et les Tchèques, ils n’obtiennent que la médaille de bronze. Ils récolteront finalement l’or en 1972 à Munich après l’argent à Mexico en 1968, toujours emmenés par leur passeur légendaire Katsutoshi Nekoda qui, comme un symbole, était né le 1er février 1944 à Hiroshima et est malheureusement décédé à l’âge de 39 ans d’un cancer de l’estomac.

Avec les Jeux olympiques, le volleyball prend un essor extraordinaire, la télévision lui donnant une vitrine nouvelle qui va séduire des dizaines de millions de nouveaux adeptes. Dans le courant des années 80, on estime que le volleyball est le sport qui compte le plus d’affiliés au monde, on avance le nombre de 200 millions !

L’éclosion du volleyball moderne

L’extraordinaire popularité du volleyball dans le monde, très peu en rapport avec son exposition médiatique, va avoir de très importantes conséquences sur le jeu lui-même et sur les règles de ce sport. Si un sport comme le football est particulièrement frileux lorsqu’il s’agit de modifier les règles, le volleyball est au contraire un véritable caméléon en la matière et dans les années 80 et 90 on avait l’impression que le règlement changeait chaque saison. Modifications successives de la manière de compter les points, augmentation de la surface du corps pouvant toucher le ballon, introduction d’un nouveau joueur appelé libéro avec un rôle très spécifique, ne sont que quelques exemples importants de changements qui ont complètement modifié la manière de pratiquer le volleyball.

Les raisons sont à la fois la nécessité de proposer un spectacle sportif qui puisse être acceptable en termes de durée pour la télévision et la nécessaire adaptation au développement physique époustouflant des joueurs de volleyball. Aujourd’hui, un joueur comme Hendrik Tuerlinckx, »opposite » du club de Roeselare, frappe la balle au moment de l’attaque à une hauteur mesurée à 3 m 55. Il mesure 1 m 95 et pèse 86 kilos. La vitesse de ses attaques dépasse les 100 km/h. C’est la norme aujourd’hui en volleyball, c’est à cette hauteur-là que se passent les duels au filet.

Le volleyball belge aujourd’hui

L’équipe nationale belge féminine est actuellement classée 14ème par la Fédération internationale, l’équipe nationale belge masculine est quant à elle 19ème. Cela représente une jolie progression par rapport à ces dernières années, mais ce n’est pas encore suffisant pour prétendre à une place aux Jeux olympiques. Le problème pour la Belgique est d’être sur un continent qui compte énormément d’équipes nationales de très haut niveau et seules quatre places sont disponibles pour l’Europe au tournoi olympique. Mais les compétitions internationales de volleyball sont nombreuses et les équipes nationales belges féminines et masculines sont parvenues à y forger des résultats.

Lors des derniers championnats du monde en 2018 qui se sont déroulés en Italie et en Bulgarie, l’équipe nationale belge masculine a terminé 10ème sur 24 nations qualifiées avec quatre victoires et quatre défaites. C’est la Pologne qui est sortie vainqueur du tournoi en battant le Brésil en finale. La Pologne, qui est coachée par Vital Heynen, le Belge le plus titré de notre volleyball national. Huit fois champion de Belgique avec Maaseik en tant que joueur. En tant que coach, quatre fois champion de Belgique avec Maaseik, vainqueur de la coupe d’Europe CEV avec Maaseik, vainqueur de plusieurs Coupes et Supercoupes avec Tours, Friedrichshafen et Perugia et donc champion du monde avec la Pologne.

Vital Heynen est une figure emblématique d’un des deux clubs qui dominent le volleyball masculin belge depuis trente ans avec son grand rival Roeselare. Depuis 1989, ces deux clubs se sont partagé tous les titres nationaux ou presque, 16 pour Maaseik, 11 pour Roeselare. Il faut remonter à 1994 pour trouver un autre nom au palmarès, celui de Zellik.

Dans le volleyball féminin belge, c’est l’Asterix Avo situé à Beveren qui domine la compétition avec 13 titres nationaux, dont neuf lors des dix dernières saisons. Un club dont est issue Britt Herbots, la star féminine de notre équipe nationale qui, à 21 ans, joue dans un des meilleurs championnats du monde pour le club italien de Novara.

Côté masculin, c’est le capitaine de l’équipe nationale belge, Sam Deroo qui a tracé sa route dans les meilleurs championnats du monde. Après Roulers, il a joué en Italie pour Modène et Vérone avant de rejoindre la Pologne et de remporter deux titres consécutifs avec Zaksa Kozle. Depuis 2019 il joue pour le Dinamo Moscou qui dispute le titre dans le championnat russe.

Le Final Four en direct sur VOOSPORT WORLD

C’est une grande première et c’est un grand plaisir, la phase finale de la compétition belge masculine de volleyball, le Final Four est diffusé en direct au mois de mars sur VOOSPORT WORLD ! Les deux équipes arrivées premières se retrouveront au mois d’avril pour la finale, que vous pourrez suivre grâce à VOO. En avril, découvrez également les demi-finales et la finale du championnat féminin de volleyball belge.

Chez les hommes, quatre équipes se rencontrent en matches aller et retour dans un mini championnat qui regroupe Greenyard Maaseik, Knack Roeselare, Haasrode Leuven et Descopan Menen. Cette année, six des douze matches de ce Final Four sont retransmis en direct. Roeselare et Maaseik sont, comme d’habitude, les grands favoris de la compétition. Cela reste très indécis entre ces deux géants du volleyball belge, qui sont aussi nos meilleurs représentants sur la scène européenne en compagnie de Lindemans Aalst, qui a malheureusement manqué sa saison cette année. N’oubliez pas que Maaseik a été éliminé de toute justesse en demi-finale de la Coupe d’Europe CEV par le Zenit Saint-Pétersbourg qui retrouvera en finale le Dinamo Moscou de Sam Deroo.

Pour préfacer les matches de ces playoffs, nous nous retrouvons avant chaque journée sur les réseaux sociaux dans un VOOzOOM spécial en compagnie de Marc Vanvinkenroije, notre consultant volleyball, et de Frédéric Servotte, T2 du VBC Waremme.  Le seul club wallon au plus haut niveau qui dispute l’Etape des Perdants en compagnie des trois autres équipes qui n’ont pas réussi à se qualifier pour le Final Four.

Profitez de cette saison qui s’annonce… sportive !

Astuce

Faites le plein d’émotions sportives et profitez de tous les matchs, de volley ou autre, avec VOOSPORT WORLD et VOOSPORT, le meilleur du sport international et du football belge, inclus dans les packs TRIO MAX ou QUATRO MAX. Mieux encore, pour la saison 2020-2021, VOOSPORT est offert dans tous les Packs avec mobile (QUATRO et TRIO MOBILE).

Crédits image @Confédération Européenne de Volleyball

Cela pourrait aussi vous intéresser

Sports

VOO et le Standard de Liège, un partenariat de cœur

Lire la suite
Sports

Les Red Lions : champions du monde !

Lire la suite
Sports

City, le ciel bleu de Manchester

Lire la suite
speedline__spacer
exclu web
Jusqu'à
-60%
sur nos pack pendant 4 mois