Sports 13 décembre 2023

Liverpool, la terre du milieu en ébullition

speedlines__bg__picture

Avec les départs, cet été, de Fabinho, Henderson, Keita, Milner ou Chamberlain et la blessure d’Alcantara, Jurgen Klopp s’est gratté la tête pour remodeler son milieu de terrain. Entre arrivées et changement de position, le manager allemand a heureusement plusieurs cordes à son arc. Face à Manchester United ce dimanche 17:30 (en direct sur VOOSPORT WORLD), l’entrejeu aura un rôle capital.

Cet été, Liverpool a eu des airs de hall des départs d’un aéroport, tant un grand nombre de joueurs sont arrivés au club, ou l’ont quitté. Surtout, qu’il y a un nouveau client sur le marché, qui n’a pas eu peur d’inonder les clubs d’un torrent de cash. Tout profit (financier) pour Liverpool qui a laissé partir Fabinho et Jordan Henderson pour un peu plus de 60 millions d’euros. Une aubaine pécuniaire, mais qui a rapidement posé la question de la succession de ces deux piliers de l’entrejeu des Reds puisque l’Anglais et le Brésilien totalisent 711 matches avec Liverpool à deux. D’autant plus que d’autres milieux ont aussi quitté la Mersey cet été, même si leur rôle était plus anonyme ces dernières saisons. Keita, Milner ou encore Chamberlain sont donc partis sous d’autres cieux, eux qui représentaient tout de même 607 rencontres à eux trois. Il y avait donc du boulot pour combler ses départs. Si bien que les observateurs tuaient déjà dans l’œuf les chances de bonne saison pour les hommes de Jurgen Klopp.

Du renfort pour l’effort

Face à ces départs, il fallait évidemment recruter. Alexis Mac Allister était l’un des premiers à être officialisé, Dominik Szoboszlai allait suivre, puis en fin de mercato, dans des circonstances assez rocambolesques, qui seront développées plus tard, Ryan Gravenberch et enfin Wataru Endo rejoignaient aussi le Nord-ouest de l’Angleterre. Et il y avait du pain sur la planche. Non seulement, car tout le milieu devait être reconstruit, mais aussi parce qu’il fallait mieux faire que la 5e place de la saison dernière. C’était d’ailleurs la première fois que Klopp ne parvenait pas à qualifier les Reds pour la Ligue des champions au cours de ses sept saisons complètes à la tête d’Anfield. Le milieu étant pointé du doigt lors des matches plus compliqués qu’a connu Liverpool la saison dernière. Alors que la saison précédente, celui-ci dominait le football européen.

De ce milieu de qualité, prétendant au quadruplé en 2022, Thiago Alcantara est donc le seul survivant. Mais impossible de compter sur lui pour un poste de titulaire indiscutable vu la fragilité du joueur espagnol. Il fallait donc repartir d’une feuille blanche. Si, comme on l’a vu plus haut, Liverpool a recruté en nombre, les joueurs arrivés n’étaient pas forcément les plans A. En effet, l’été a été animé par une bataille entre Blues et Reds pour deux joueurs, Moises Caicedo d’un côté et Romeo Lavia de l’autre. Durant des semaines, les deux joueurs ont été « proches de signer » à Liverpool, pour finalement se tourner tous les deux vers Chelsea. Un feuilleton qui a duré une bonne partie de l’été, ce qui n’a pas facilité la préparation. Dans ce contexte, Wataru Endo a été débauché à Stuttgart, en guise de dernier recours. Heureusement, sportivement, les trois premiers matches de la saison se sont soldés par un bon 7 sur 9. De quoi dissiper certaines craintes. Mais le travail était loin d’être terminé.

Et on s’attendait à ce que ce travail soit long, quand on connaît la tendance de Jurgen Klopp à incorporer ses nouveaux joueurs de manière très progressive (Fabinho en est d’ailleurs le meilleur exemple). Mais cette saison, le manager allemand a été forcé de tout lâcher dès le début. Heureusement, le Hongrois Szoboszlai s’est rapidement montré bien intégré dans le jeu avec son style énergique et dynamique, porté vers l’avant.

Mais il fallait surtout assurer une certaine stabilité défensive dans l’entrejeu. Pour cela, Klopp a, jusqu’à présent, choisi d’utiliser le polyvalent Mac Allister. À l’époque de son arrivée, Jordan Henderson et Fabinho étaient encore au club et on se demandait comment utiliser au mieux le champion du monde. Un mois plus tard, leur départ en Arabie saoudite a obligé Klopp et son staff à faire un choix forcé. La polyvalence de Mac Allister l’a fait passer du statut d’option au poste de numéro 6 à celui de premier choix. « Nous n’avons même pas encore cherché sa meilleure position. Nous nous contentons de l’utiliser », a déclaré récemment le manager de Liverpool à propos de Mac Allister. « Si nous défendons bien en tant qu’équipe, il peut jouer en tant que numéro 6. Est-ce que je le savais avant ? J’avais une idée, mais je n’étais pas sûr parce que je ne savais pas exactement comment les autres garçons allaient se comporter en défense. Parce que nous défendons de manière plus compacte et mieux que lors de nos mauvaises phases de l’année dernière, nous avons de petits espaces et c’est vraiment bien parce qu’il lit très bien ces situations ». Un problème plus ou moins résolut, mais on sent un certaine forme de tâtonnement vis-à-vis du rôle de l’Argentin. Il dépanne, certes, mais est-ce une option à long terme ? Car il est évident que Macca n’aura jamais l’efficacité d’un Fabinho. Le Brésilien était, lui, surtout efficace sans ballon, puisqu’il privait l’adversaire de toute possibilité de remontée de balle dans l’axe. L’Argentin, lui, est bien plus à l’aise balle au pied.

Malheureusement pour Klopp, Mac Allister s’est blessé durant le match face à Sheffield la semaine dernière et reste incertain pour le match de ce week-end face à Manchester United. Poussant le manager à, de nouveau, se gratter le font pour trouver une solution. Face à Crystal Palace, Endo et Gravenberch ont été titularisés, sans convaincre. Eux qui font encore figure de joueurs de profondeurs que de titulaires à part entière. Difficile donc de prédire ce que fera Klopp dimanche. Les solutions en milieu sont finalement nombreuses, puisqu’en plus des deux joueurs cité plus haut, des garçons comme Curtis Jones, Harvey Elliott ou encore Coady Gakpo peuvent entrer dans la danse. Mais tout cela reste résolument offensif. Et la solution viendra peut-être de la ligne du dessous.

Un Trent nouveau

Bien sûr, coucher 11 noms sur une feuille n’est que théorique. C’est surtout l’animation de jeu qui compte. C’est pourquoi le fait de voir Trent Alexander-Arnold aligné au poste d’arrière droit sur une feuille de match ne signifie pas qu’il va s’y cantonner. En effet, depuis plusieurs mois, le poste d’Alexander-Arnold évolue. Celui-ci se retrouvant régulièrement dans l’axe du jeu.

Cela n’avait pourtant pas très bien commencé. En septembre 2021, Gareth Southgate, le sélectionneur de l’Angleterre, avait fait jouer le latéral droit de Liverpool dans le milieu lors d’un match de qualification pour la Coupe du monde contre Andorre. Une expérience qui n’avait duré que 45 minutes. « Pourquoi faire du meilleur arrière droit du monde un milieu de terrain ? » s’était presque insurgé Klopp après le match. « Je ne comprends pas cela. Comme si le poste de latéral droit n’était pas aussi important que les autres ».

Les temps ont changé puisqu’un peu moins de deux ans plus tard, Klopp lui-même donnait petit à petit un rôle hybride à TAA quand Liverpool possèdait la balle. Ave, en avril dernier, un match contre Arsenal comme tournant. L’idée est donc d’amener un homme supplémentaire dans l’axe du terrain lorsque l’équipe construit ses attaques. Une idée tactique lancée après un début d’année très creux pour Liverpool qui fait effet. En 24 matches de Premier League depuis ce changement tactique face aux Gunners, Liverpool n’a connu qu’une seule défaite, dans des circonstances controversées, en septembre, à Tottenham.

Face à Fulham, plus récemment, il s’est montré décisif en inscrivant le but de la victoire. De quoi enchanter Klopp. « Aujourd’hui, il a été un véritable leader sur le terrain», avant de louer l’apport de son joueur dans le milieu. « C’est difficile pour l’adversaire aussi. Ils s’habituent à des choses différentes. Je pense que Fulham a pratiquement joué le marquage d’homme contre Trent dans les moments où il était juste au milieu. C’est pourquoi l’arrivée de Joe Gomez sur l’aile a été très utile. Je ne sais pas combien de centres Joey a tiré à la fin, mais il y a eu quelques très bons ballons. Tout d’un coup, ils ont dû s’adapter à nouveau et ça n’a pas marché pour eux, c’est pourquoi nous avons pu gagner le match. Dans ces moments-là, c’est un peu comme aux échecs. Vous essayez de changer quelque chose pour vous améliorer et pour rendre la situation un peu plus difficile pour l’adversaire. C’est ce qui s’est passé aujourd’hui, ça a marché ».

De plus en plus, on observe donc Alexander-Arnold se distinguer comme une véritable option en tant que milieu de terrain à part entière. C’est là qu’il avoue à demi-mit vouloir jouer et c’est clairement là qu’il peut exercer la plus grande influence sur le jeu. Un replacement progressif de TAA dans le milieu qui fait du bien à toute l’équipe. Au point que le prochain chantier pour Liverpool pourrait être … le poste d’arrière droit.

 

Liverpool – Manchester United, dimanche 17:30, en direct sur VOOSPORT WORLD.

Astuce

Faites le plein d’émotions et profitez de vos sports préférés avec VOOSPORT WORLD, le meilleur du sport international, inclus dans les packs TRIO MAX ou QUATRO MAX.

Cela pourrait aussi vous intéresser

Sports
09 avril 2024

Des quarts de finale d'Europa et Conference League de très haut niveau sur VOOSPORT WORLD

Lire la suite
Sports
03 avril 2024

Manchester United – Liverpool, un match dans l’enfer d’Old Trafford avec vue sur le paradis

Lire la suite
Sports
29 mars 2024

Face-à-face explosif : Manchester City affronte Arsenal dans un match déterminant pour le titre

Lire la suite