Sports 06 décembre 2023

Manchester United, quand les diables ne font plus peur à personne

speedlines__bg__picture

Loin du top 4, un niveau de jeu peu emballant, l’une des pires attaques de Premier League, il n’y a pas beaucoup de raison de se réjouir quand on regarde évoluer Manchester United cette saison. Comme souvent ces dernières années, les Red Devils font peine à voir et le vaisseau United ère en eau trouble. Réponse obligatoire ce samedi (16:00) face à Bournemouth, en direct sur VOOSPORT WORLD.

Comme souvent, la saison de Manchester United n’est pas un fleuve tranquille. Alors que le capitaine Ten Hag faisait naviguer les siens sur une belle série de trois victoires consécutives, cette série s’est stoppée le week-end dernier alors que le vaisseau HMS United mouillait à St James Park. Une sixième défaite en 14 matches qui a ramené l’équipage sur la rude terre ferme de la Premier League. Comme pour rappeler aux Red Devils que ce n’est pas une équipe capable de prendre le vent indéfiniment.

Pourtant, mercredi soir, dans un duel de feus membres Big Six, face à Chelsea, les hommes de Ten Hag ont de nouveau sorti la tête de l’eau. Comme s’il fallait de temps en temps venir chercher une bouffée d’oxygène pour rester en vie. Mais ce succès 2-1 face aux Blues ne peut être la panacée aux problèmes traversés par Manchester United depuis le début de saison.

Astuce

Suivez la Premier League, l’Europa League et la Conference League sur VOOSPORT WORLD.

Un vestiaire qui prend l’eau

Mardi matin, un article de Sky Sport met le feu aux poudres. « Erik ten Hag a perdu des éléments du vestiaire, les joueurs remettant en cause son style de jeu et le traitement de Jadon Sancho », écrit le journaliste, Kaveh Solhekol. « D’après mes informations, certains joueurs ne comprennent pas ce qu’il se passe. Il a perdu des éléments du vestiaire. Une source me dit qu’il a perdu environ 50 pour cent du vestiaire », poursuit-il.

« De plus, certains joueurs expérimentés ont parlé à Erik ten Hag à propos de ce que, selon eux, le club faisait de travers. Ils lui ont parlé de leurs autres expériences dans de grands clubs et ils pensent que le manager devrait être un peu plus tactile. Ils pensent que sa gestion pourrait être un peu meilleure, mais Erik ten Hag est le patron et c’est lui qui décide. Il n’est pas du genre à tourner autour du pot. Il fera les choses à sa façon ».

Des révélations peu appréciées du côté d’Old Trafford. La conséquence directe a été le refus d’accès aux journalistes de Sky Sport à la conférence de presse d’avant match de mardi en vue du match de mercredi soir face à Chelsea. Le manager néerlandais n’a pas manqué de défendre sa position durant la même conférence de presse et a assuré ne pas vouloir « se faire distraire par des rumeurs ». Le club, de son côté, reproche au média d’avoir publié des informations sensibles sans avoir cherché à obtenir une réaction du club au préalable. « Nous pensons qu’il s’agit d’un principe important à défendre et nous espérons qu’il pourra conduire à une remise à plat de notre manière de travailler ensemble ».

Une situation interne que l’on devine tendue et qui transpire jusque dans les relations avec les médias. Ce n’est évidemment pas l’idéal dans la vie d’un club. La défense de ten Hag a le mérite d’exister, mais il est très difficile de croire que le vestiaire vit bien après 10 défaites toutes compétitions confondues. D’ailleurs, un de ces propos ne peut que laisser place au doute. Quand les médias évoquent son manque de communication avec le groupe et une forme d’autorité générale, il répond : « J’écoute toujours mes joueurs et je leur donne toujours l’occasion de s’exprimer – si les joueurs ont une opinion différente, bien sûr, je les écouterai. Mais ils ne me l’ont pas dit. Ou peut-être un ou deux, mais en général, la majorité, ils veulent jouer comme ça ». Dans ce contexte, dire qu’un ou deux joueurs sont en désaccord avec lui est presque un aveu.

Sans oublier les problèmes externes au terrain que traverse United cette saison. D’abord avec Jadon Sancho, exclu de l’équipe première à la suite d’une dispute avec le manager. Puis, dans le match contre Newcastle, il a subi les foudres d’Anthony Martial lors sa sortie du jeu. Sans oublier le clash avec Marcus Rashford, qui a été violemment critiqué pour sa performance face aux Magpies, quand il avait été réprimandé par le manager en octobre pour être sorti jusqu’au petit matin après la défaite 3-0 face à Manchester City, alors qu’il s’était entraîné le matin suivant. Il n’était d’ailleurs pas titulaire face à Chelsea.

Il faut aussi mentionner les cas Antony, qui a été mis en congé pour répondre à un certain nombre d’allégations de violence formulées à son encontre par trois femmes, et Mason Greenwood, prêté à Getafe après que United soit revenu sur ses intentions de réintégrer l’attaquant après enquête interne suite aux allégations d’agression domestique, qui n’ont certainement pas apaisé le vestiaire.

Ajoutez à cela une panoplie de blessure, avec les indisponibilités de joueurs cadres comme Lisandro Martinez, Casemiro et Christian Eriksen et vous obtenez tous les ingrédients pour un naufrage bien réussi.

Un capitaine sans cap

Si le succès face à Chelsea permet à Manchester United de revenir à proximité du top 6, il n’enlève pas les carences de l’équipe en termes de jeu proposé. Bien que dominateurs tout au long du match face aux Blues, les Red Devils ont dû, une nouvelle fois, compter sur Scott McTominay, auteur d’un doublé, pour s’extirper d’une situation délicate. Preuve que la ligne de conduite est floue.

Si certains médias anglais qualifient Manchester de « bateau de pirates ivres », il faut bien avouer que pour les supporters la saison est très difficile à vivre. Un peu en avant, deux pas en arrière. Comme si tous les étages du navire mancunien vacillaient.  « Bienvenue à Manchester United, un endroit où le point de départ est constitué de pièces mal ajustées, en l’occurrence un gardien de but à haut risque qui fonctionne dans un certain système, mais qui ne trouvera évidemment pas ce système en place, qui aura des défenseurs centraux qui voudront se placer en profondeur dans ses espaces, et qui se retrouvera à essayer de réaliser son numéro de haute voltige sur mesure dans l’environnement peut-être le plus désorientant du football mondial », constate avec justesse le Guardian. Mais difficile de parler de malchance ou de mauvaise passe tant le mal est profond. Structurellement, le vaisseau est en proie à de nombreux problème : manque de ligne directrice sportive clair, recrutement calamiteux, fans divisés, le tout sur fond de rachat qui traine.

En cas de victoire samedi face à Bournemouth (en direct sur VOOSPORT WORLD), les Red Devils continueront dans le sillage positif de la victoire face à Chelsea. Reste à voir pendant combien de temps.

Astuce

Faites le plein d’émotions et profitez de vos sports préférés avec VOOSPORT WORLD, le meilleur du sport international, inclus dans les packs TRIO MAX ou QUATRO MAX.

Cela pourrait aussi vous intéresser

Sports
26 février 2024

La saison régulière d'Euroleague entame sa dernière ligne droite sur VOOSPORT WORLD

Lire la suite
Sports
20 février 2024

Les Belgian Lions en route vers l'Euro 2025 sur VOOSPORT WOLRD

Lire la suite
Sports
13 février 2024

Barrages d’Europa League : Love is in the air sur VOOSPORT WORLD

Lire la suite