i

La navigation sur ce site n'est pas optimisée pour votre navigateur

Veuillez utiliser une version récente de Google Chrome, Mozilla Firefox, Safari ou Microsoft Edge pour profiter au mieux de l'expérience.

Trouver un navigateur moderne
Cinéma et Télévision 25 mars 2021

Les documentaires, il y en a pour tous les goûts !

speedline__spacer

Stop à l’idée reçue que les documentaires sont des films pour intellos ou traitent de sujets vieillots ! Laissez-vous surprendre par les différents genres et plongez dans la découverte.

Les documentaires, également appelés films documentaires, traitent une gamme très large de sujets. Il ne s’agit pas juste de vieux films sur la guerre ou les ours polaires, rassurez-vous. Le documentaire prend plusieurs formes, il aborde plusieurs hypothèses et points de vue. Pour certains le cinéaste va prendre part à son film comme Michael Moore dans ses documentaires-chocs sur la société américaine. D’autres vont rester en retrait comme pour les documentaires sur la nature avec « Microcosmos: Le peuple de l’herbe » de Claude Nuridsany et Marie Pérennou où la seule intervention est une voix off. D’autres encore, sont de vraies enquêtes d’investigation ou des reconstitutions de faits historiques. Avec le documentaire, il y en a pour tous les goûts, découvrez-en plus dans cet article.

Qu’est-ce qu’un documentaire ?

Le documentaire se construit selon un schéma structuré (dans la plupart des cas): introduction, développement et conclusion. Le réalisateur a choisi un angle d’attaque pour son sujet et la forme sous laquelle il va en parler: interviews, voix off ou non, explications de la démarche ou aucune intervention afin de laisser le spectateur se faire son opinion, etc. avec un documentaire. C’est un genre cinématographique très exigeant, il demande beaucoup de recherches, de compilation de documents, d’investigations sur le terrain, d’enquêtes minutieuses. Certains sous-genres imposent des contraintes très précises, comme la patience et la minutie pour les documentaires animaliers, ou l’empathie et l’écoute attentive pour les sujets liés aux crimes graves. Le documentaire est donc une mine d’or pour ses spectateurs,

Comment le documentaire est-il né ?

Tout commence en 1891 avec Laurie Dickson qui filme dans leur atelier des figurants (personnages de cirque, music-hall, etc.). Ces débuts font débat, car ces personnes sont mises en scène pour les besoins du film, le côté « montrer la réalité » du documentaire est mis à mal. Plus tard, Louis Lumière filme des images de sorties d’usine en 1895, les ouvriers en habits du dimanche ont été informés qu’ils allaient être filmés par le patron. Ici encore le débat sur la mise en scène du sujet existe. S’enchaînent ensuite les prises de vues « documentées » comme l’arrivée du train en gare de Méliès, dont l’attirail de caméras tronque le comportement réel des voyageurs qui se presse pour voir cette invention.

Le premier documentaire long-métrage recensé est « Nanouk l’Esquimau » réalisé en 1922 . Ce film décrit la vie d’un esquimau à cette époque : lieu de vie, chasse, quête perpétuelle de nourriture, vie en communauté. Ici encore le spectateur est pourtant grugé, utilisation d’outils plus « authentiques » alors que les Esquimaux utilisent déjà les fusils, placement d’un phoque mort pour accélérer les scènes de chasse, etc. Pourtant le réalisateur s’est plongé dans la vie de cette tribu, il voulait en faire ressortir le côté authentique.

Au fil du temps, le documentaire est utilisé pour faire voyager, faire découvrir les contrées éloignées, les cultures différentes, les modes de vie différents.

Arrivent les deux grandes guerres, le documentaire est alors utilisé comme outil de propagande. Sous couvert de divertissement pour le peuple, les dirigeants utilisent ce genre censé être neutre pour faire subtilement ou non passer leurs idées.

Dans les années 50, des documentaires sont projetés au cinéma en journée ou avant les films à succès, pour boucher les trous du planning et faire venir le public.

Le genre du documentaire reprend des notes de noblesse de nos jours, plusieurs réalisateurs connus s’y essayent, les causes importantes comme l’écologie, par exemple, y sont mises en avant à grand renfort d’images magnifiques à couper le souffle. Ce genre est également apprécié des journalistes, qui s’en servent pour dénoncer les injustices, divulguer des scandales ou analyser des faits historiques sous toutes les coutures.

Le documentaire a beaucoup de facettes, il peut être engagé, corrompu, descriptif ou avec un point de vue engagé. Le débat sur la subjectivité revient souvent lors de la sortie des documentaires, jusqu’où peuvent-ils être mis en scène ? Le spectateur est-il trop pris par la main pour comprendre le point de vue ? Le réalisateur a-t-il tronqué la réalité ? Toutes ces questions ont donné naissance à des sous-genres du documentaire, afin de pouvoir classer toutes les libertés prises ou non par les réalisateurs qui peuvent avoir une vision du métier très différente. Où se situe le réel, ou s’arrête la mise en scène. Voilà tout le dilemme du documentaire.

Astuce

Les sous-genres du documentaire

  • Le documentaire-exposé : s’attache à montrer au public la réalité. Il est souvent construit à partir d’images, de sons ou de documents d’archives, parfois de reconstitutions pour faire entrer le spectateur dans la réalité de l’époque. Ce sous-genre est en grande partie utilisé pour relater les évènements historiques. Les intervenants ou le cinéaste s’adressent directement au public (voix off, sous-titres, témoin).
  • Le documentaire d’observation, le « cinéma-vérité » se développe en même temps que la technologie. Les caméras deviennent plus mobiles et transportables, les caméramans peuvent se placer au centre de l’action et se déplacer à leur guise. On multiplie les intervenants et les points de vue plus spontanés, le documentaire se fait la voix du peuple et d’une idée. Un très bon exemple est « Visages villages » d’Agnès Varda et JR.

  • Le documentaire- découverte : il donne à voir des paysages, des animaux, des voyages. Il a pour but la mise en avant touristique ou géographique. Prenez-en plein les yeux avec »Voyage au bout du monde » de Jacques-Yves Cousteau, Philippe Cousteau et Marsall Flaum.

 

  • Le documentaire interactif-participatif est le prolongement du point de vue de son réalisateur, on suit son cheminement de pensée au long du documentaire. Le réalisateur est impliqué et donne son empreinte sur le sujet. Il peut mener une interview, mais aussi être présent tout du long en tant qu’acteur.
  • Le documentaire poétique est un sous-genre particulier, plus axé sur les émotions et le ressenti véhiculés par les images que par l’histoire ou la véracité des faits relatés. Le sujet n’est qu’un point de départ pour créer un univers onirique autour de celui-ci.

 

  • Le docu-fiction : est basé sur un fait historique réel, mais le tout est romancé, retravaillé pour donner plus d’originalité ou de rythme au sujet. Un bon exemple est « L’Odyssée de l’espèce » de Jacques Malaterre.

Astuce

Profitez de vos documentaires préférés sur Be tv !

D’autres documentaires à découvrir

Be tv vous propose une soirée spéciale documentaire en clair ce jeudi 09 Septembre : 11 Septembre – 20 ans déjà.

À travers des enregistrements officiels, « 9/11 minute by minute » retrace avec précision tous les moments critiques de cette catastrophe.

Le documentaire, « La traque de Ben Laden », revient sur les secrets de la traque d’Oussama Ben Laden, l’homme le plus recherché de toute l’histoire. Ces documentaires seront ensuite disponible à tout moment sur Be à la demande.

 

 

« Nossa Chape » décrit la renaissance du club de football brésilien Chapecoense après l’accident d’avion qui a coûté la vie à 71 passagers et décimé l’équipe.

 

« La cravate » de Mathias Théry et Etienne Chaillou, est une immersion dans le parti d’extrême droite français. Découvrez ce qui peut amener un garçon de 20 ans à se radicaliser.

 

« Un pays qui se tient sage » met en lumière les nombreuses manifestations citoyennes faisant suite à la colère et au mécontentement devant les injustices sociales. Ce documentaire invite les citoyens à approfondir, interroger et confronter leurs points de vue sur l’ordre social et la légitimité de l’usage de la violence par l’État.

 

« Tiger » vous plonge dans l’histoire et les débuts de carrière de Tiger Woods. Le joueur de golf le plus connu de sa génération, celui qui a bouleversé ce sport, mais qui est-il vraiment ?

Astuce

Avec VOO TV+ regardez tout ce que vous voulez, sur tous vos appareils. Vous pouvez consulter toutes vos chaînes favorites, l’entièreté du catalogue VOD, soit des milliers de films à la demande, ainsi que le catalogue à la demande de Be tv . Voilà de quoi streamer, à volonté, sur tous vos écrans. 

Vous pouvez bien accéder à toutes les chaînes, à vos enregistrements, et à votre catalogue de Vidéo à la demande et à votre catalogue Be tv grâce à votre box evasion .

Crédits images @ Belga / AFP

Cela pourrait aussi vous intéresser

Cinéma et Télévision
18 octobre 2021

Match, la série qui va vous faire swiper à droite

Lire la suite
Cinéma et Télévision
15 octobre 2021

Le VOO Rire Festival de Liège 2021

Lire la suite
Cinéma et Télévision
01 octobre 2021

Divertissez-vous grâce à VOO

Lire la suite
speedline__spacer
promo
-50%
par mois pendant 3 mois